Nos objectifs

Objectif #1: PRÉVENIR LE DÉCROCHAGE

En juin 2011, les trois présidents des Commissions scolaires Des Draveurs, Du Portage des Outaouais et Au-Coeur-des-Vallées ont affirmé leur empressement à espérer voir les projets de Bâtisseurs d'avenir se réaliser prochainement. Ils se sont intégrés au Conseil d'administration de Bâtisseurs d'avenir. Ils affirmaient le besoin pour les Commissions scolaires d'avoir des appuis externes dans leur combat contre le décrochage scolaire. Ils appréciaient la façon novatrice de valoriser la persévérance scolaire en valorisant les métiers de la construction et ainsi valoriser la formation pratique et technique.

En février 2012, la Table Éducation Outaouais accueillait favorablement l'esprit des trois projets de la caravane, du parc d'aventure et du Centre des bâtisseurs. Ces projets touchaient selon elle deux de ses priorités, soit l'amélioration de la persévérance scolaire et la valorisation de la formation professionnelle et de la formation technique.

Objectif #2: VALORISER LES TALENTS MANUELS

Bâtisseurs d'avenir veut sensibiliser les jeunes aux professions artisanales en leur faisant rencontrer des gens de métiers à la retraite ou des aînés aux talents naturels. Les gens de métiers comme la menuiserie, la charpenterie, l'électricité, la plomberie, ... constatent que les métiers manuels sont de moins en moins valorisés et qu'ils se perdent; ils doivent se mobiliser pour contrer ce phénomène. D'ailleurs, le Service de loisirs, sports et Vie communautaire de la Ville de Gatineau par son programme de soutien aux activités intergénérationnelles met en place un terreau fertile au développement des habiletés manuelles des jeunes.

Bâtisseurs d'avenir adopte les principes socio-pédagogiques de la démarche initiatique qui permet à l'enfant ou l'adolescent de découvrir, de rejouer, de manipuler, de bâtir dans le respect de sa liberté et du développement de son autonomie. La manipulation de différents outils se réalisera sous un encadrement vigilant. L'appropriation de compétences techniques se fera en intégration avec l'appropriation de compétences transversales. Éducation et Construction se rejoignent main dans la main.

Objectif #3: VALORISER L'ENGAGEMENT DES FILLES

Le nombre de femmes travaillant dans la construction assujettie s’établit ainsi à 2 174 en 2012, alors que le nombre d’hommes est de 161 140. Les femmes représentent donc 1,33 % de la main-d’oeuvre totale de 163 314 sur les chantiers. La proportion de femmes par rapport à la main-d’oeuvre totale progresse très peu en 2012, atteignant 1,33 %, comparativement à 1,30 % l’an dernier.

La composition de la main-d’oeuvre ne pouvant être modifiée radicalement sur une courte période de temps, la part des femmes demeure donc faible en 2012 malgré sa croissance quasi-continue depuis 1997. Toutefois, sans constituer une masse significative, le nombre de femmes commence à représenter un noyau ferme. La présence des femmes dans la construction se concrétise donc de plus en plus. Comme nous le verrons en deuxième partie, leur taux élevé de départ de l’industrie demeure toutefois pour l’instant une entrave à un accroissement plus rapide du nombre de femmes dans l’industrie

Chez les femmes, la concentration des apprenties est de 73 % dans les métiers de charpentier-menuisier, électricien, peintre et plâtrier. À lui seul, le métier de peintre regroupe 35 % des femmes apprenties alors que seulement 5 % des hommes en apprentissage exercent ce métier.
(tiré de: CCQ, Direction de la recherche et de la documentation, juin 2013)

Objectf #4: CONTRER L’OISIVETÉ

Une bonne part des jeunes doit lutter contre l’oisiveté et le désoeuvrement auxquels ils sont confrontés quotidiennement. L’oisiveté durant les heures de loisir semble prometteuse pour expliquer l’usage de drogues ou d’alcool. Il est opportun de mettre en oeuvre des projets qui pourraient s’avérer efficaces dans la structuration des temps libres et la lutte contre l’oisiveté.

Il devient urgent de réinventer un espace de liberté et d’émancipation pour les enfants et les jeunes. Il faut se questionner


  • face à une crise des structures de loisirs traditionnelles qui ne correspondent plus aux besoins des enfants et des jeunes;

  • face aux luttes participatives de quartier sur le thème du droit à l’espace et à la qualité de vie;

  • face aux pédagogues en réflexion sur le développement précoce des habiletés motrices, manuelles et sociales afin de favoriser la réussite et la persévérance scolaire;

  • face aux interactions possibles dans le besoin de contrer l’oisiveté chez les jeunes et l’oisiveté chez les aînés.

Objectf #5: Un milieu de vie pour bâtir et se bâtir

En voyant les jeunes se gaver d'alimentation rapide, de boissons sucrées, de divertissement télévisé, de jeux vidéos et d'internet, on croirait qu'ils n'ont aucun intérêt pour le plein-air naturel. Pourtant, si on les consulte, ils nous diront que leurs milieux de jeu favoris sont les espaces naturels (parcs, jardins, forêt, ...) en autant qu'on ne leur impose pas des systèmes préconcus et fermés.

Les jeunes ont une sensitivité profonde pour la Nature et un instinct pour le jeu; ce sont leurs premiers mécanismes de recherche et d'exploration de leur environnement. Le jeu devient la réalisation de leur motivation à créer des liens significatifs avec un environnement naturel. C'est pourquoi, la société doit prendre conscience de l'importance de créer des espaces naturels qui respectent le droit du jeune à pouvoir définir une bonne part de son environnement de jeu et de son épanouissement.